Informations

13.1 : Le règne végétal - Biologie

13.1 : Le règne végétal - Biologie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les plantes sont un groupe d'organismes vaste et varié. Il existe près de 300 000 espèces de plantes répertoriées.1 Parmi celles-ci, environ 260 000 sont des plantes produisant des graines. Les plantes présentent une croissance indéterminée, ce qui signifie qu'elles n'ont pas de forme corporelle définitive, mais continuent de croître en masse corporelle jusqu'à leur mort.

Adaptations des plantes à la vie terrestre

Au fur et à mesure que les organismes s'adaptent à la vie sur terre, ils doivent faire face à plusieurs défis dans l'environnement terrestre. L’eau a été décrite comme « l’étoffe de la vie ». L'intérieur de la cellule - le milieu dans lequel la plupart des petites molécules se dissolvent et diffusent, et dans lequel se déroulent la majorité des réactions chimiques du métabolisme - est une soupe aqueuse. La dessiccation, ou dessèchement, est un danger constant pour un organisme exposé à l'air. Même lorsque des parties d'une plante sont proches d'une source d'eau, leurs structures aériennes sont susceptibles de se dessécher. L'eau fournit de la flottabilité aux organismes qui vivent dans les habitats aquatiques. Sur terre, les plantes ont besoin de développer un support structurel dans l'air, un milieu qui ne donne pas la même portance. De plus, les gamètes mâles doivent atteindre les gamètes femelles en utilisant de nouvelles stratégies car la natation n'est plus possible. Enfin, les gamètes et les zygotes doivent être protégés du dessèchement. Les plantes terrestres réussies ont développé des stratégies pour faire face à tous ces défis, bien que toutes les adaptations ne soient pas apparues en même temps. Certaines espèces ne se sont pas éloignées d'un milieu aquatique, tandis que d'autres ont quitté l'eau et sont parties à la conquête des milieux les plus secs de la Terre.

Pour équilibrer ces défis de survie, la vie sur terre offre plusieurs avantages. Premièrement, la lumière du soleil est abondante. Sur terre, la qualité spectrale de la lumière absorbée par le pigment photosynthétique, la chlorophylle, n'est pas filtrée par l'eau ou les espèces photosynthétiques concurrentes dans la colonne d'eau au-dessus. Deuxièmement, le dioxyde de carbone est plus facilement disponible parce que sa concentration est plus élevée dans l'air que dans l'eau. De plus, les plantes terrestres ont évolué avant les animaux terrestres; par conséquent, jusqu'à ce que les terres sèches soient colonisées par les animaux, aucun prédateur ne menaçait le bien-être des plantes. Cette situation a changé lorsque les animaux sont sortis de l'eau et ont trouvé des sources abondantes de nutriments dans la flore établie. À leur tour, les plantes ont développé des stratégies pour décourager la prédation : des épines et des épines aux produits chimiques toxiques.

Les premières plantes terrestres, comme les premiers animaux terrestres, ne vivaient pas loin d'une source d'eau abondante et développaient des stratégies de survie pour lutter contre la sécheresse. L'une de ces stratégies est la tolérance à la sécheresse. Les mousses, par exemple, peuvent se dessécher en un tapis brun et cassant, mais dès que la pluie rend l'eau disponible, les mousses l'absorbent et retrouvent leur aspect sain et vert. Une autre stratégie consiste à coloniser des environnements très humides où les sécheresses sont rares. Les fougères, une première lignée de plantes, prospèrent dans les endroits humides et frais, tels que le sous-étage des forêts tempérées. Plus tard, les plantes se sont éloignées des milieux aquatiques en utilisant la résistance à la dessiccation plutôt que la tolérance. Ces plantes, comme le cactus, minimisent les pertes d'eau à un point tel qu'elles peuvent survivre dans les environnements les plus secs de la Terre.

En plus des adaptations propres à la vie sur terre, les plantes terrestres présentent des adaptations responsables de leur diversité et de leur prédominance dans les écosystèmes terrestres. Quatre adaptations majeures se retrouvent chez de nombreuses plantes terrestres : l'alternance des générations, un sporange dans lequel se forment des spores, un gamétange qui produit des cellules haploïdes, et chez les plantes vasculaires, le tissu méristémique apical des racines et des pousses.

Alternance des générations

L'alternance des générations décrit un cycle de vie dans lequel un organisme présente à la fois des stades multicellulaires haploïdes et diploïdes (figure 14.1.1).

L'haplontique fait référence à un cycle de vie dans lequel il existe un stade haploïde dominant. Diplontic fait référence à un cycle de vie dans lequel le stade diploïde est le stade dominant et le nombre de chromosomes haploïdes n'est visible que pendant une brève période du cycle de vie pendant la reproduction sexuée. Les humains sont diplontiques, par exemple. La plupart des plantes présentent une alternance de générations, qualifiée d'haplodiplontique : la forme multicellulaire haploïde connue sous le nom de gamétophyte est suivie dans la séquence de développement par un organisme diploïde multicellulaire, le sporophyte. Le gamétophyte donne naissance aux gamètes, ou cellules reproductrices, par mitose. Cela peut être la phase la plus évidente du cycle de vie de la plante, comme chez les mousses, ou cela peut se produire dans une structure microscopique, comme un grain de pollen dans les plantes supérieures (le terme collectif pour les plantes vasculaires). Le stade sporophyte est à peine perceptible chez les plantes inférieures (le terme collectif pour les groupes de plantes des mousses, des hépatiques et des hornworts). Les arbres imposants sont la phase diplônique du cycle de vie des plantes telles que les séquoias et les pins.

Sporanges dans les plantes sans pépins

Le sporophyte des plantes sans pépins est diploïde et résulte de la syngamie ou de la fusion de deux gamètes (Figure 14.4.1). Le sporophyte porte les sporanges (singulier, sporange), organes apparus pour la première fois chez les plantes terrestres. Le terme « sporanges » signifie littéralement « spore dans un vaisseau », car il s'agit d'un sac reproducteur qui contient des spores. À l'intérieur des sporanges multicellulaires, les sporocytes diploïdes, ou cellules mères, produisent des spores haploïdes par méiose, ce qui réduit le 2m nombre de chromosomes à 1m. Les spores sont ensuite libérées par les sporanges et se dispersent dans l'environnement. Deux types différents de spores sont produits dans les plantes terrestres, entraînant la séparation des sexes à différents moments du cycle de vie. Les plantes non vasculaires sans pépins (plus précisément appelées « plantes non vasculaires sans pépins avec une phase gamétophyte dominante ») ne produisent qu'un seul type de spore et sont appelées homospores. Après avoir germé à partir d'une spore, le gamétophyte produit à la fois des gamétanges mâles et femelles, généralement sur le même individu. En revanche, les plantes hétérosporées produisent deux types de spores morphologiquement différents. Les spores mâles sont appelées microspores en raison de leur plus petite taille ; les mégaspores comparativement plus grosses deviendront le gamétophyte femelle. L'hétérosporie est observée dans quelques plantes vasculaires sans pépins et dans toutes les plantes à graines.

Lorsque la spore haploïde germe, elle génère un gamétophyte multicellulaire par mitose. Le gamétophyte supporte le zygote formé de la fusion des gamètes et du jeune sporophyte ou forme végétative qui en résulte, et le cycle recommence (Figure 14.4.2 et Figure 14.4.3).

Les spores des plantes sans pépins et le pollen des plantes à graines sont entourés d'épaisses parois cellulaires contenant un polymère résistant appelé sporopollénine. Cette substance se caractérise par de longues chaînes de molécules organiques liées aux acides gras et aux caroténoïdes, et donne à la plupart des pollens sa couleur jaune. La sporopollénine est exceptionnellement résistante à la dégradation chimique et biologique. Sa ténacité explique l'existence de fossiles de pollen bien conservés. La sporopollénine était autrefois considérée comme une innovation des plantes terrestres; cependant, les algues vertes Coléochètes est maintenant connu pour former des spores contenant de la sporopollénine.

La protection de l'embryon est une exigence majeure pour les plantes terrestres. L'embryon vulnérable doit être à l'abri de la dessiccation et d'autres risques environnementaux. Dans les plantes sans pépins et les plantes à graines, le gamétophyte femelle fournit la nutrition, et dans les plantes à graines, l'embryon est également protégé au fur et à mesure qu'il se développe en la nouvelle génération de sporophyte.

Gametangia dans les plantes sans pépins

Les gamétanges (au singulier, gamétange) sont des structures sur les gamétophytes des plantes sans pépins dans lesquelles les gamètes sont produits par mitose. Le gamétange mâle, l'anthéridium, libère le sperme. De nombreuses plantes sans pépins produisent des spermatozoïdes équipés de flagelles qui leur permettent de nager dans un environnement humide jusqu'à l'archégone, le gamétange femelle. L'embryon se développe à l'intérieur de l'archégone en tant que sporophyte.

Méristèmes apicaux

Les pousses et les racines des plantes augmentent en longueur par division cellulaire rapide dans un tissu appelé méristème apical (Figure 14.1.4). Le méristème apical est une coiffe de cellules à l'extrémité de la pousse ou de la racine constituée de cellules indifférenciées qui continuent de proliférer tout au long de la vie de la plante. Les cellules méristématiques donnent naissance à tous les tissus spécialisés de la plante. L'allongement des pousses et des racines permet à une plante d'accéder à un espace et à des ressources supplémentaires : de la lumière dans le cas de la pousse, de l'eau et des minéraux dans le cas des racines. Un méristème séparé, appelé méristème latéral, produit des cellules qui augmentent le diamètre des tiges et des troncs d'arbres. Les méristèmes apicaux sont une adaptation pour permettre aux plantes vasculaires de se développer dans des directions essentielles à leur survie : vers le haut pour une plus grande disponibilité de la lumière du soleil, et vers le bas dans le sol pour obtenir de l'eau et des minéraux essentiels.

Adaptations supplémentaires des plantes terrestres

Au fur et à mesure que les plantes se sont adaptées à la terre ferme et sont devenues indépendantes de la présence constante d'eau dans les habitats humides, de nouveaux organes et structures ont fait leur apparition. Les premières plantes terrestres ne poussaient pas à plus de quelques centimètres du sol, et sur ces tapis bas, elles rivalisaient pour la lumière. En faisant évoluer une pousse et en grandissant, les plantes individuelles ont capturé plus de lumière. Parce que l'air offre beaucoup moins de support que l'eau, les plantes terrestres ont incorporé des molécules plus rigides dans leurs tiges (et plus tard, dans les troncs d'arbres). L'évolution du tissu vasculaire pour la distribution de l'eau et des solutés était une condition préalable nécessaire pour que les plantes développent des corps plus grands. Le système vasculaire contient les tissus du xylème et du phloème. Xylem conduit l'eau et les minéraux prélevés du sol jusqu'à la pousse ; le phloème transporte la nourriture dérivée de la photosynthèse dans toute la plante. Le système racinaire qui a évolué pour absorber l'eau et les minéraux a également ancré la pousse de plus en plus haute dans le sol.

Chez les plantes terrestres, une couverture cireuse et imperméable appelée cuticule recouvre les parties aériennes de la plante : les feuilles et les tiges. La cuticule empêche également l'apport de dioxyde de carbone nécessaire à la synthèse des glucides par photosynthèse. Des stomates, ou pores, qui s'ouvrent et se ferment pour réguler le trafic des gaz et de la vapeur d'eau sont donc apparus dans les plantes au fur et à mesure qu'elles se déplaçaient vers des habitats plus secs.

Les plantes ne peuvent éviter les animaux prédateurs. Au lieu de cela, ils synthétisent une large gamme de métabolites secondaires toxiques : des molécules organiques complexes telles que les alcaloïdes, dont les odeurs nocives et le goût désagréable dissuadent les animaux. Ces composés toxiques peuvent provoquer des maladies graves et même la mort.

De plus, au fur et à mesure que les plantes ont évolué avec les animaux, des métabolites sucrés et nutritifs ont été développés pour attirer les animaux afin qu'ils fournissent une aide précieuse à la dispersion des grains de pollen, des fruits ou des graines. Les plantes co-évoluent avec les animaux associés depuis des centaines de millions d'années (Figure 14.1.5).

ÉVOLUTION EN ACTION : Paléobotanique

Comment les organismes ont acquis des traits qui leur permettent de coloniser de nouveaux environnements, et comment l'écosystème contemporain est façonné, sont des questions fondamentales de l'évolution. La paléobotanique répond à ces questions en se spécialisant dans l'étude des plantes éteintes. Les paléobotanistes analysent des spécimens récupérés sur le terrain, reconstituant la morphologie d'organismes disparus depuis longtemps. Ils retracent l'évolution des plantes en suivant les modifications de la morphologie des plantes, et éclairent le lien entre les plantes existantes en identifiant des ancêtres communs qui présentent les mêmes traits. Ce domaine cherche à trouver des espèces de transition qui comblent les lacunes sur la voie du développement des organismes modernes. Les fossiles se forment lorsque des organismes sont piégés dans des sédiments ou des environnements où leurs formes sont préservées (figure 4.1.6). Les paléobotanistes déterminent l'âge géologique des spécimens et la nature de leur environnement en utilisant les sédiments géologiques et les organismes fossiles qui les entourent. L'activité nécessite un grand soin pour préserver l'intégrité des fossiles délicats et des couches dans lesquelles ils se trouvent.

L'un des développements récents les plus passionnants en paléobotanique est l'utilisation de la chimie analytique et de la biologie moléculaire pour étudier les fossiles. La préservation des structures moléculaires nécessite un environnement exempt d'oxygène, car l'oxydation et la dégradation du matériau par l'activité des micro-organismes dépendent de la présence d'oxygène. Un exemple d'utilisation de la chimie analytique et de la biologie moléculaire est l'identification de l'oléanane, un composé qui dissuade les parasites et qui, jusqu'à présent, semble être unique aux plantes à fleurs. Oleanane a été récupéré dans des sédiments datant du Permien, bien plus tôt que les dates actuelles données pour l'apparition des premières plantes à fleurs. Les acides nucléiques fossilisés (ADN et ARN) fournissent le plus d'informations. Leurs séquences sont analysées et comparées à celles des organismes vivants et apparentés. Grâce à cette analyse, des relations évolutives peuvent être établies pour les lignées végétales.

Certains paléobotanistes sont sceptiques quant aux conclusions tirées de l'analyse des fossiles moléculaires. D'une part, les matériaux chimiques d'intérêt se dégradent rapidement lors de l'isolement initial lorsqu'ils sont exposés à l'air, ainsi que lors de manipulations ultérieures. Il existe toujours un risque élevé de contamination des échantillons avec des matières étrangères, principalement des micro-organismes. Néanmoins, à mesure que la technologie s'affine, l'analyse de l'ADN des plantes fossilisées fournira des informations inestimables sur l'évolution des plantes et leur adaptation à un environnement en constante évolution.

Les principales divisions des plantes terrestres

Les plantes terrestres sont classées en deux groupes principaux selon l'absence ou la présence de tissu vasculaire, comme détaillé dans la figure 14.1.7. Les plantes dépourvues de tissu vasculaire formé de cellules spécialisées pour le transport de l'eau et des nutriments sont appelées plantes non vasculaires. Les bryophytes, les hépatiques, les mousses et les hornworts sont sans pépins et non vasculaires, et sont probablement apparues tôt dans l'évolution des plantes terrestres. Les plantes vasculaires ont développé un réseau de cellules qui conduisent l'eau et les solutés à travers le corps de la plante. Les premières plantes vasculaires sont apparues à la fin de l'Ordovicien (il y a 461 à 444 millions d'années) et étaient probablement similaires aux lycophytes, qui comprennent les lycopodes (à ne pas confondre avec les mousses) et les ptérophytes (fougères, prêles et fougères fouet). Les lycophytes et les ptérophytes sont appelés plantes vasculaires sans pépins. Ils ne produisent pas de graines, qui sont des embryons dont les réserves alimentaires sont protégées par une enveloppe rigide. Les plantes à graines forment le plus grand groupe de toutes les plantes existantes et, par conséquent, dominent le paysage. Les plantes à graines comprennent les gymnospermes, notamment les conifères, qui produisent des «graines nues», et les plantes les plus réussies, les plantes à fleurs ou angiospermes, qui protègent leurs graines à l'intérieur des chambres au centre d'une fleur. Les parois de ces chambres se développent plus tard en fruits.

Résumé de la section

Les plantes terrestres ont développé des traits qui ont permis de coloniser la terre et de survivre hors de l'eau. Les adaptations à la vie terrestre comprennent les tissus vasculaires, les racines, les feuilles, les cuticules cireuses et une couche externe résistante qui protège les spores. Les plantes terrestres comprennent les plantes non vasculaires et les plantes vasculaires. Les plantes vasculaires, qui comprennent les plantes sans pépins et les plantes avec graines, ont des méristèmes apicaux et des embryons avec des réserves nutritionnelles. Toutes les plantes terrestres partagent les caractéristiques suivantes : alternance des générations, avec la plante haploïde appelée gamétophyte et la plante diploïde appelée sporophyte ; formation de spores haploïdes dans un sporange; et la formation de gamètes dans un gamétange.

Choix multiple

Les plantes terrestres sont probablement les descendantes de lequel de ces groupes ?

A. algues vertes
B. algues rouges
C. algues brunes
D. angiospermes

UNE

L'événement qui conduit du stade haploïde au stade diploïde dans l'alternance des générations est ________.

A. méiose
B. mitose
C. la fertilisation
D. germination

C

La mousse est un exemple de quel type de plante ?

A. plante haplontique
B. plante vasculaire
C. plante diplontique
D. plante à graines

UNE

Réponse libre

Quelles sont les adaptations des plantes qui leur permettent de survivre sur terre ?

Le sporange des plantes protège les spores du dessèchement. Les méristèmes apicaux garantissent qu'une plante est capable de pousser dans les deux directions requises pour acquérir de l'eau et des nutriments : vers le haut vers la lumière du soleil et vers le bas dans le sol. L'embryon multicellulaire est une adaptation importante qui améliore la survie de la plante en développement dans des environnements secs. Le développement de molécules qui ont donné aux plantes une force structurelle leur a permis de pousser plus haut sur terre et d'obtenir plus de soleil. Une cuticule cireuse empêche la perte d'eau des surfaces aériennes.

Notes de bas de page

  1. 1 A.D. Chapman (2009) Nombre d'espèces vivantes en Australie et dans le monde. 2e édition. Un rapport pour l'étude australienne des ressources biologiques. Services australiens d'information sur la biodiversité, Toowoomba, Australie. Disponible en ligne sur http://www.environment.gov.au/biodiv...ps-plants.html.

Glossaire

méristème apical
le point de croissance d'une plante vasculaire à l'extrémité d'une pousse ou d'une racine où se produit la division cellulaire
diplontique
décrit un cycle de vie dans lequel le stade diploïde est le stade dominant
gametangium
(pluriel : gamétange) la structure au sein de laquelle les gamètes sont produits
gamétophyte
la plante haploïde qui produit des gamètes
haplodiplontique
décrit un cycle de vie dans lequel les stades haploïdes et diploïdes alternent; également connu sous le nom d'alternance de cycle de vie des générations
haplontique
décrit un cycle de vie dans lequel le stade haploïde est le stade dominant
hétérosporeux
ayant deux types de spores qui donnent naissance à des gamétophytes mâles et femelles
homosporé
ayant un type de spore qui donne naissance à des gamétophytes qui donnent naissance à des gamètes mâles et femelles
plante non vasculaire
une plante dépourvue de tissu vasculaire formé de cellules spécialisées pour le transport de l'eau et des nutriments
sporange
(pluriel : sporanges) l'organe dans lequel les spores sont produites
sporophyte
la plante diploïde qui produit des spores
syngamie
l'union de deux gamètes dans la fécondation

3. Les quatre sols (Matthieu 13 :1-23 Marc 4 :1-20 Luc 8 :1-15)

Point principal: Nous voulons avoir un cœur enseignable où la vérité de Dieu peut produire de bons fruits.

Mais d'autres encore ont reçu la graine qui est tombée sur une bonne terre. Ce sont eux qui entendent le message et le comprennent. Ils produisent une récolte 100, 60 ou 30 fois supérieure à celle que l'agriculteur a plantée. - Matthieu 13:23

Accessoires : Poignée de graines grand panier de fruits et légumes

Fond

Dire: Les gens aiment les histoires. Depuis votre plus jeune âge, vos parents vous lisaient des histoires. Les histoires se transmettent de génération en génération. Tout le monde aime entendre une belle histoire.

La semaine dernière, nous avons dit que Jésus enseignait souvent aux gens en racontant des histoires appelées paraboles. Mais Jésus ne racontait pas simplement des histoires pour divertir ou attirer l'attention des gens, Jésus a raconté des paraboles parce qu'il voulait changer des vies !

Une vieille définition de parabole est une histoire terrestre avec une signification céleste. Les paraboles racontent une histoire en utilisant quelque chose que nous voyons tous les jours pour nous aider à comprendre une vérité spirituelle que nous ne pouvons pas voir avec nos yeux. Quand Jésus enseignait en paraboles, il utilisait des choses que les gens de son époque connaissaient. Si Jésus était ici en train d'enseigner avec des paraboles aujourd'hui, elles seraient différentes parce que notre culture est différente. Il y aura peut-être moins d'histoires sur l'agriculture et plus d'histoires sur les ordinateurs !

La parabole que nous allons lire aujourd'hui parle de planter des graines. La plupart des gens à qui Jésus parlait étaient des fermiers. Ils comprenaient tout sur les graines et les plantes parce qu'ils cultivaient leurs propres fruits et légumes. Aujourd'hui, nous ne savons pas tous comment planter des graines, car nous pouvons aller à l'épicerie pour acheter toute notre nourriture.

Voyons donc comment une graine se transforme en plante. Toutes les graines contiennent des nutriments et de l'énergie à l'intérieur d'un revêtement dur et protecteur. La graine est d'abord enfouie dans le sol. Lorsque la graine est dans un bon sol doux et chaud, elle envoie une petite racine qui descend dans le sol. La racine commence à absorber les nutriments contenus dans le sol. Cela donne plus d'énergie à la toute petite plante. Il reçoit suffisamment d'énergie pour commencer à pousser, puis une petite tige commence à sortir du sol. Avec le soleil qui brille sur la tige et les nutriments provenant de la pluie et du sol qui pénètrent dans la racine, davantage de racines poussent et la plante commence à prospérer.

Quatre sols

Dire: Lisons ensemble, en commençant par Matthieu 13 :1.

Le même jour, Jésus quitta la maison et s'assit au bord de la mer de Galilée. De grandes foules se sont rassemblées autour de lui. Alors Il est monté dans un bateau. Il s'y assit. Tout le peuple se tenait sur le rivage. Puis Il leur a dit beaucoup de choses en utilisant des histoires.

Il a dit : « Un fermier est sorti pour planter sa semence. Il a dispersé la semence sur le sol. Certaines sont tombées sur un chemin. Des oiseaux sont venus et les ont mangées. les plantes ont poussé rapidement, parce que le sol n'était pas profond. Lorsque le soleil s'est levé, il a brûlé les plantes. Elles ont séché parce qu'elles n'avaient pas de racines. D'autres graines sont tombées parmi les épines. Les épines ont poussé et ont envahi les plantes. Toujours d'autres graines sont tombées sur une bonne terre. Elle a produit une récolte 100, 60 ou 30 fois supérieure à ce qui a été planté. Ceux qui ont des oreilles doivent écouter et comprendre. - Matthieu 13:1-9

Dire: Cette parabole/histoire concerne plus le sol que le semeur. Enseignant : Ayez une poignée de graines et montrez aux élèves comment un semeur/planteur planterait la graine.

Dites :/b> Un agriculteur est allé dans le champ pour semer des graines. Il a dispersé la graine sur le sol. Démontrez cette action en semant des graines sur le sol. En éparpillant la graine, il remarqua que la graine tombait sur différents types de sol.

Une partie des graines est tombée sur un chemin. Un chemin est l'endroit où beaucoup de gens ont marché, et la terre y est bien usée. Le sol d'un chemin est plus dur que le sol de chaque côté de celui-ci. Plus les gens marchent sur un chemin, plus la saleté devient "tassé". La graine qui tombait sur le chemin ne pouvait pas s'enfoncer dans la terre. Avant même que la graine puisse prendre racine, certains oiseaux sont venus et ont mangé la graine.

Une partie de la graine qu'il a dispersée est tombée sur endroits rocheux. Interroger: Voyez-vous beaucoup de saleté ici? Non. Pensez-vous que c'est un bon endroit pour que les choses grandissent? Non. Dire: Il est possible que des choses poussent sur les rochers, mais généralement, les plantes ne vivent pas longtemps. Les plantes doivent avoir des racines dans le sol. Mais dans les endroits rocheux, les roches dures bloquent les racines. Toute graine qui commençait à pousser dans le sol mince s'est rapidement flétrie dans la chaleur intense et est morte.

D'autres graines sont tombées parmi les épines. Les épines ont poussé et ont envahi les plantes. Interroger: L'un de vos parents vous a-t-il déjà demandé d'arracher les mauvaises herbes de votre cour ou de votre jardin ? Quelle est la règle numéro un pour arracher les mauvaises herbes ? Il faut sortir les racines ! Si vous ne retirez pas les racines, les mauvaises herbes repousseront. Les mauvaises herbes sont très fortes et puissantes. Partout où il y a des mauvaises herbes, elles prennent le dessus sur les bonnes plantes. Les fortes racines des mauvaises herbes utilisent tous les nutriments du sol et les plantes se retrouvent sans rien. Ces plantes poussent à peine, elles ne produisent ni fruits ni légumes.

Enfin, d'autres graines sont tombées sur bonne terre. Il a produit une récolte 100, 60 ou 30 fois supérieure à ce qui a été planté. Les experts agricoles savent exactement quel type de sol est nécessaire pour leurs cultures. Ils ajouteront le bon type d'engrais (vitamines et nutriments) pour que leurs plantes puissent pousser. Ils veulent que leurs graines deviennent de grandes plantes saines qui leur donneront de bons fruits et légumes. Si c'est bien fait, une poignée de graines produira des boisseaux pleins de bonnes choses à manger ! Comparez votre poignée de graines à votre panier de fruits/légumes.

Vérité spirituelle (Matthieu 13:18-23)

Dire: Jésus a dit que la même semence n'a produit aucune récolte, une récolte ou une grande récolte. La graine était la même partout, mais l'état du sol était différent.

Cela peut sembler une histoire étrange à raconter à Jésus. Mais rappelez-vous, beaucoup de gens qui écoutaient Jésus étaient des fermiers. Ils en savaient beaucoup sur la saleté et le sol. Jésus leur parlait en utilisant des mots et des images de mots qu'ils pouvaient comprendre. Jésus ne leur enseignait pas quelque chose de nouveau sur l'agriculture. Il utilisait ce qu'ils déjà compris sur l'agriculture pour leur enseigner quelque chose qu'ils ne savaient pas sur le royaume de Dieu.

C'est ce que Jésus disait au peuple : La semence qui est semée est l'évangile - la bonne nouvelle au sujet de Jésus.

Les sols sont le cœur des gens qui font un choix sur le message. L'état du cœur d'une personne peut être comparé aux différents types de sols qui ont reçu la graine.

Dire: Maintenant, nous allons revoir cette histoire avec la compréhension de ce que chaque partie de l'histoire représente.

Interroger: Si la semence représente la vérité de Jésus, la Parole de Dieu, et que le sol est le cœur des gens, que signifierait semer la semence sur le sol ? Écoutez les réponses. C'est quand quelqu'un entend la vérité en enseignant ou en lisant la Bible.

Dire: Regardons les quatre « sols » ou cœurs différents :

Chemin difficile : Une partie des graines est tombée sur un chemin, et les oiseaux sont venus et l'ont mangé. Certaines personnes entendent la vérité, mais comme des chemins endurcis, elles ne la laissent pas pénétrer dans leur cœur (Zacharie 7 :12). Bientôt, Satan enlève la vérité. (Dans la Bible, les oiseaux sont parfois une image de Satan.) Si les gens ne reçoivent pas et ne répondent pas à la parole avec foi, leur opportunité sera volée par le malin.

Endroits rocheux : Ensuite, une partie des graines est tombée sur endroits rocheux. Ces gens entendent le message avec une grande joie, mais comme des graines sur un sol rocailleux, ils ne le laissent pas prendre racine. Ils semblent être heureux d'entendre parler de Jésus et de son grand amour, mais ils ne le laissent pas pénétrer dans leur cœur. À l'extérieur, ils peuvent exprimer un grand enthousiasme, mais intérieurement, ils ne le considèrent pas attentivement. Il y avait de grandes foules qui suivaient Jésus, mais seulement quelques-uns étaient ses vrais disciples. Lorsque ces personnes font face à des pressions ou à de mauvaises circonstances, elles oublient rapidement la parole de Dieu. Un vrai croyant suit Jésus quoi qu'il arrive.

Remarque de l'enseignant : Certaines des personnes « rocailleuses » peuvent avoir l'incompréhension que Dieu leur enlèvera tous leurs problèmes. Par conséquent, lorsque des problèmes arrivent, ils disparaissent. La parole de Dieu ne promet jamais que la vie sera facile, sans aucune épreuve. Il promet quelque chose de bien mieux. Il promet qu'il sera avec nous dans nos problèmes. Il promet que tout fonctionnera ensemble pour notre bien - devenir plus pieux et rendre gloire à Dieu.

Les épines: Encore d'autres graines sont tombées parmi les épines. Certaines personnes entendent la Parole de Dieu et commencent à grandir et à porter du fruit. Mais très vite, ils s'inquiètent des problèmes de la vie quotidienne. Ils peuvent penser que s'ils avaient seulement plus d'argent et plus de « choses », ils seraient heureux. Ces fausses croyances prennent tout le temps et l'énergie de la personne, tout comme les mauvaises herbes volent tous les nutriments des bonnes plantes. Ces personnes ne se concentrent pas sur la vie pour Dieu, elles ne produisent donc aucun fruit spirituel. Il n'y a rien de mal avec le semeur ou la graine. Le problème est le sol - la personne qui entend la Parole. Il doit faire confiance à Dieu pour le délivrer de ses soucis et de sa cupidité afin qu'il puisse grandir dans la Parole de Dieu.

Bonne terre : Encore d'autres graines sont tombées sur bonne terre. Il a produit une récolte 100, 60 ou 30 fois supérieure à ce qui a été planté. N'est-il pas formidable de savoir qu'une partie des graines est tombée sur un bon sol ? Cela représente les gens qui ont entendu la parole de Dieu et l'ont crue. Ils mettent leur confiance en Jésus. Leurs cœurs ont reçu le message du royaume, et la semence prendra racine.

Mais tout comme lorsque vous plantez de vraies graines dans le sol, le message du royaume grandira progressivement. Nous ne plantons pas de graine et ne voyons pas une plante le lendemain. La vraie croissance prend du temps. Et parfois, lorsque nous plantons des graines, nous voyons différents types de choses qui poussent réellement. Certains arbres produisent des fruits, certaines plantes produisent des légumes. Certains produisent beaucoup de fruits, d'autres peu. Même le sol qui produit une petite récolte est « bon ».

Il en est de même dans le cœur des croyants. Il y a des gens qui entendent la même vérité, lisent la même Bible, grandissent dans la même église, mais produisent différentes sortes de fruits. Certains sont missionnaires dans d'autres pays. Certains partagent simplement l'amour de Dieu avec un ami dans le besoin. Le fruit de chacun sera différent, mais si chaque personne permet à la vérité de Dieu de grandir dans son cœur, ce sera le bon type de fruit. Ce sera le fruit du royaume.

Application: Notre gouvernement de comté a un bureau qui analyse le sol. Vous pouvez déterrer quelques poignées de terre de votre jardin et les leur envoyer. Ils le mettront sous leur microscope et verront ce qu'il contient. Dans quelques semaines, ils vous enverront un rapport sur la qualité de votre sol pour la culture. Vous saurez s'il y a de bons nutriments dans votre jardin ou si vous devez ajouter quelque chose pour que le sol soit parfait.

C'est très utile pour cultiver de vraies graines et plantes, mais comment pouvez-vous tester le sol de votre cœur ? Jésus nous donne la réponse : Nous pouvons regarder le « fruit » dans nos vies. Des cœurs enseignables et remplis de foi (comme une bonne terre) produiront beaucoup de fruits spirituels. La semaine dernière, nous avons parlé un peu de ce fruit. Le fruit spirituel qui vient du Saint-Esprit de Dieu est l'amour, la joie, la paix, la patience, la gentillesse, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi, le pardon, la guérison, la justice, la gloire, la grâce, la compassion, la connaissance et la vérité. Un autre fruit est de partager la vérité de Dieu avec les autres. Ainsi, le test d'un bon « sol de cœur » consiste à vérifier s'il y a de ce fruit dans votre vie. Si oui, vous savez que la parole de Dieu a pris racine dans votre cœur. Vous avez cru à la vérité de Jésus, et vos croyances guident vos actions. Vous avez fait confiance à Jésus, donc Son Esprit vit en vous.

Il est intéressant de noter qu'une plante ne « décide » pas quand porter ses fruits. Cela arrive tout simplement. De la même manière, nous ne pouvons pas « décider » quand nous allons porter du fruit spirituel. Le fruit vient naturellement quand on reste connecté à la Vigne. Jésus a dit : « Je suis la vigne. Vous êtes les branches. Si quelqu'un reste attaché à moi, et moi à lui, il portera beaucoup de fruit. Tu ne peux rien faire sans moi. " (Jean 15:5) Nous devons rester connectés à Jésus, car sans Lui, nous ne pouvons porter aucun fruit !

Nous ne sommes pas responsables de faire le fruit. Nous sommes responsables de maintenir le sol en bon état. Un bon sol a du soleil, de l'eau et des nutriments. Comment pensez-vous que nous pouvons « arroser » et « fertiliser » nos cœurs ? Lisez la Parole de Dieu, écoutez le bon enseignement, priez, écoutez Dieu. (Jésus est la Lumière !) Un bon sol est également exempt de roches et de mauvaises herbes. Comment pouvons-nous garder les pierres et les mauvaises herbes hors du sol de nos cœurs ? Nous ne plantons pas dans notre cœur ou notre esprit des choses qui sont contre Dieu - une mauvaise émission de télévision, des films, des livres et des jeux vidéo.

Maintenant, pour le "sol à problèmes". Malheureusement, il existe trois types de « sol du cœur » qui ne portent aucun fruit spirituel. Ces personnes ne partagent pas la vérité qui est au fond de leur cœur. Au lieu de bons fruits, leur vie est pleine d'inquiétude, de peur, d'avidité et de frustration. Ils pensent plus à eux-mêmes qu'au Seigneur. Si cela ressemble à votre vie, il n'y a qu'une seule façon de faire un changement ! Jésus dit qu'il est le CHEMIN (Jean 14:6). Confessez : Dites au Seigneur que votre cœur n'a pas été une bonne terre. Demandez-lui de labourer les endroits difficiles et de les remplacer par un cœur bon et doux qui sera l'endroit parfait pour que sa vérité s'enracine et grandisse. Écoutez la promesse de Dieu :

Je te donnerai un cœur nouveau, et je mettrai un esprit nouveau en toi. Je vais sortir votre cœur de pierre et têtu et vous donner un cœur tendre et réactif. - Ézéchiel 36:26 NLT

Enseignement supplémentaire pour les élèves plus âgés : Nous pouvons également nous considérer comme le « semeur » dans cette histoire. Lorsque vous commencerez à partager la vérité de Jésus avec les autres, vous verrez ces quatre réactions différentes. Certaines personnes seront un bon sol. Ils accepteront la vérité, elle poussera des racines profondes et ils porteront beaucoup de fruits. Mais, malheureusement, d'autres seront comme les quatre sols à problèmes. Dieu veut que tout le monde le suive (2 Pierre 3:9), mais chaque personne a le libre choix d'accepter ou non la vérité. N'oubliez pas que vous n'êtes pas responsable de faire pousser la graine ! (1 Corinthiens 12:3) Il vous est simplement demandé de répandre la semence (Actes 22:14-15). Il est toujours juste de prier pour que Dieu adoucisse le cœur de ceux à qui vous parlez !

Mais d'autres encore ont reçu la graine qui est tombée sur une bonne terre. Ce sont eux qui entendent le message et le comprennent. Ils produisent une récolte 100, 60 ou 30 fois supérieure à celle que l'agriculteur a plantée. - Matthieu 13:23

Point principal: Nous voulons avoir un cœur enseignable où la vérité de Dieu peut produire de bons fruits.

© 2007 BibleLessons4Kidz.com Tous droits internationaux réservés. Peut être reproduit à des fins personnelles, à but non lucratif et non commerciales uniquement. Présenté par KidzLife

Sauf indication contraire, les Écritures sont tirées de : Holy Bible, New International Reader’s Version, (NIrV®)

Copyright © 1995, 1996, 1998 par International Bible Society / Utilisé avec l'autorisation d'IBS-STL. Tous droits internationaux réservés.

Remerciements particuliers à John R. Cross, L'étranger sur la route d'Emmaüs, GoodSeed International.


Je cherche:

Les apprenants ont lu sur les mutations qui se sont produites dans les plantes pour la transition réussie d'une existence aquatique à une existence terrestre. La classification des plantes est basée sur ces structures adaptatives.

En rapport

Par Barbara Liang

Dans cette activité d'apprentissage, vous examinerez comment chaque molécule de protéine d'un organisme est synthétisée par cet organisme selon un processus prescrit. Cette activité aide les élèves à comprendre le processus vital fondamental de la fabrication des protéines.

Par Wendy Dusek

Dans cet objet très animé et coloré, les apprenants examinent les étapes de la digestion des glucides. Un petit quiz complète l'activité.

Par Mary Beth Boettcher

Dans cet objet d'apprentissage interactif, les apprenants étudient les parties du cerveau, puis testent leurs connaissances dans un exercice de glisser-déposer.

Par Barbara Liang

Dans cet objet animé, les apprenants examinent la synthèse, la décomposition, l'échange et les réactions réversibles.

Tu pourrais aussi aimer

Par Carolyn Byom

Les apprenants examinent les différentes étapes de maturation des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. Un quiz complète l'activité.

Par Pao Mi Wei

Dans cette activité animée, les apprenants lisent et écoutent un dialogue en chinois mandarin dans le cadre d'une épicerie. L'apprenant peut ensuite cliquer sur des photos de fruits et légumes pour entendre leur prononciation en mandarin.

Par Virginie Kirsch

Les élèves consultent des cartes et répondent à des questions sur les neuf derniers membres de l'Union européenne.

Par Barbara Liang

Dans cet objet animé, les apprenants examinent les différentes phases de la vie d'une cellule.

Par Barbara Liang

Dans cet objet animé, les apprenants voient des molécules lorsqu'elles entrent en collision et se déplacent entre deux solutions différentes. Ils observent également ce qui se passe lorsque la température des solutions est élevée ou abaissée.

Jeu d'étude des cellules et des caractéristiques créé par David Guerrero AVID


ASSEMBLAGE ET AGRANDISSEMENT DE LA PAROI CELLULAIRE PRIMAIRE DANS LES USINES

RésuméLes cellules végétales en croissance sont formées par une paroi extensible qui est un amalgame complexe de microfibrilles de cellulose liées de manière non covalente à une matrice d'hémicelluloses, de pectines et de protéines structurelles. La cellulose est synthétisée par des complexes dans la membrane plasmique et est extrudée sous la forme d'une microfibrille auto-assemblée, tandis que les polymères matriciels sont sécrétés par l'appareil de Golgi et s'intègrent dans le réseau de la paroi par des mécanismes mal compris. La paroi en croissance est soumise à une contrainte de traction élevée due à la turgescence cellulaire et est capable de s'agrandir par une combinaison de relaxation de contrainte et de fluage du polymère. Un mécanisme de relâchement des parois dépendant du pH, connu sous le nom de croissance acide, est caractéristique des parois en croissance et est médié par un groupe de protéines de paroi inhabituelles appelées expansines. Les expansines semblent perturber la liaison non covalente des hémicelluloses matricielles à la microfibrille, permettant ainsi à la paroi de céder aux forces mécaniques générées par la turgescence cellulaire. D'autres enzymes de la paroi, telles que (1 → 4) β-glucanases et pectinases, peuvent rendre la paroi plus sensible au fluage de la paroi médié par l'expansine, tandis que les pectines méthylestérases et peroxydases peuvent altérer la paroi afin de la rendre résistante au fluage médié par l'expansine .


CONTRLE LÉGER DU DÉVELOPPEMENT DES PLANTES

RésuméPour grandir et se développer de manière optimale, tous les organismes ont besoin de percevoir et de traiter les informations de leur environnement biotique et abiotique. Un signal environnemental particulièrement important est la lumière, à laquelle les organismes réagissent de différentes manières. Parce qu'elles sont photosynthétiques et non mobiles, les plantes doivent être particulièrement plastiques en réponse à leur environnement lumineux. Les diverses réponses des plantes à la lumière nécessitent une détection sophistiquée de son intensité, de sa direction, de sa durée et de sa longueur d'onde. Les spectres d'action des réponses lumineuses ont fourni des analyses pour identifier trois systèmes photorécepteurs absorbant dans les gammes spectrales rouge/rouge lointain, bleu/proche ultraviolet et ultraviolet. Après l'absorption de la lumière, les photorécepteurs interagissent avec d'autres éléments de transduction du signal, ce qui conduit finalement à de nombreuses réponses moléculaires et morphologiques. Bien qu'une cascade complète de transduction du signal ne soit pas encore connue, des études de génétique moléculaire utilisant la plante modèle Arabidopsis ont conduit à des progrès substantiels dans la dissection du réseau de transduction du signal. Des gains importants ont été réalisés dans la détermination de la fonction des photorécepteurs, des voies de réponse terminales et des composants de transduction du signal intermédiaires.


Rôle écologique des plantes

Les plantes existent sur tous les continents et jouent un certain nombre de rôles écologiques importants. Les plantes sont la source de la majorité de l'oxygène que les autres organismes respirent. La photosynthèse des plantes crée de l'oxygène en tant que sous-produit qui est expulsé dans l'air. L'activité photosynthétique des plantes terrestres (et des algues marines) est cruciale pour maintenir les niveaux d'oxygène dans l'atmosphère. Une plante d'intérieur moyenne peut produire environ 5 à 7 ml d'oxygène par heure. La photosynthèse végétale a pour effet supplémentaire de contrôler les niveaux de dioxyde de carbone dans l'air. Les plantes éliminent le dioxyde de carbone de l'atmosphère et constituent un mécanisme majeur de régulation du dioxyde de carbone.

“Les arbres et les plantes ressemblent toujours aux personnes avec qui ils vivent, d'une manière ou d'une autre.” — Zora Neale Hurston

Les plantes et autres photoautotrophes servent également de base à chaque chaîne alimentaire dans chaque écosystème. Les plantes fixent le carbone organique du carbone inorganique et sont la source de toute la nourriture et de l'énergie présentes dans un écosystème. Tous les autres organismes hétérotrophes ne peuvent pas créer leur propre nourriture et dépendent donc de l'activité des plantes et autres photosynthétiques pour créer des matières organiques. Même les animaux carnivores ont besoin de l'activité des plantes pour se nourrir, car les proies qu'ils mangent peuvent retracer leur énergie jusqu'aux plantes.

Plants also play a role in several ecological cycles. Plant activity is a major component of the nitrogen cycle as plants regenerate nitrogen in the soil and disperse it into the ecosystem. Plants also play a role in the sulfur cycle.

With respect to humans, plants are used in many ways. Plants are a primary source of food for humans. The cultivation of plant material for consumption is called agriculture. The main kinds of plants farmed to eat include rice, wheat, vegetables, fruits, and starches like potatoes. Plants are also farmed for industrial purposes and are used to make oils, pigments, paper, waxes, plastics, soaps, and textiles. Many plants also have medicinal properties and are cultivated for medical use. Modern medicines like aspirin, morphine, and quinine were originally derived from plants.

To sum up, Plantae is one of the 6 taxonomical kingdoms and consists of multicellular eukaryotes that perform photosynthesis. Plant cells have thick rigid cell walls and contain specialized organelles called chloroplasts that are the site of photosynthesis. In photosynthesis, carbon dioxide and water are converted into sugars and oxygen. Nearly all plants photosynthesize but a handful of species have evolved to find their food from other sources.

Plants produce the majority of oxygen in the atmosphere and regulate the amount of carbon dioxide. They form the bottom of the food chain in virtually every ecosystem and their ecological activity is required for several chemical cycles on Earth.


Plant Transcription Factors

Plant Transcription Factors: Evolutionary, Structural and Functional Aspects is the only publication that provides a comprehensive compilation of plant transcription factor families and their complex roles in plant biology.

While the majority of information about transcription factors is based on mammalian systems, this publication discusses plant transcription factors, including the important aspects and unifying themes to understanding transcription factors and the important roles of particular families in specific processes.


Conclusion

Our analysis has produced several candidates for involvement in high-altitude physiology, including CBARA1, VAV3, ARNT2 et THRB, three of which have not been previously implicated in genome-wide high-altitude studies. Each of these genes has a biological function that may play a role in the response to hypoxia, and two of them (THRB et ARNT2) play a role in the HIF-1 pathway, which was previously implicated in Tibetan and Andean studies [8–13]. Our combined results suggest that the genes and genetic variants contributing to high-altitude adaptation in Ethiopia are largely distinct from other high-altitude regions and arose independently through convergent evolution due to the strong selective force of hypoxia.


Toxicological Survey of African Medicinal Plants

Toxicological Survey of African Medicinal Plants provides a detailed overview of toxicological studies relating to traditionally used medicinal plants in Africa, with special emphasis on the methodologies and tools used for data collection and interpretation. The book considers the physical parameters of these plants and their effect upon various areas of the body and human health, including chapters dedicated to genotoxicity, hepatotoxicity, nephrotoxicity, cardiotoxicity, neurotoxicity, and specific organs and systems.

Following this discussion of the effects of medicinal plants is a critical review of the guidelines and methods in use for toxicological research as well as the state of toxicology studies in Africa. With up-to-date research provided by a team of experts, Toxicological Survey of African Medicinal Plants is an invaluable resource for researchers and students involved in pharmacology, toxicology, phytochemistry, medicine, pharmacognosy, and pharmaceutical biology.


Plant Kingdom

Virtually all other living creatures depend on plants to survive. Through photosynthesis, plants convert energy from sunlight into food stored as carbohydrates. Because animals cannot get energy directly from the sun, they must eat plants (or other animals that have had a vegetarian meal) to survive. Plants also provide the oxygen humans and animals breathe, because plants use carbon dioxide for photosynthesis and release oxygen into the atmosphere.

Plants are found on land, in oceans, and in fresh water. They have been on Earth for millions of years. Plants were on Earth before animals and currently number about 260,000 species. Three features distinguish plants from animals:

  • Plants have chlorophyll, a green pigment necessary for photosynthesis
  • Their cell walls are made sturdy by a material called cellulose and
  • They are fixed in one place (they don?t move).

Plant Classification

In order to study the billions of different organisms living on earth, biologists have sorted and classified them based on their similarities and differences. This system of classification is also called a taxonomy and usually features both English and Latin names for the different divisions.

All plants are included in one so-called kingdom (Kingdom Plantes), which is then broken down into smaller and smaller divisions based on several characteristics, including:

  • Whether they can circulate fluids (like rainwater) through their bodies or need to absorb them from the moisture that surrounds them
  • How they reproduce (e.g., by spores or different kinds of seeds) and
  • Their size or stature.

The majority of the 260,000 plant species are flowering herbs. To describe all plant species, the following divisions (or phyla) are most commonly used to sort them. The first grouping is made up of plants that are non-vascular they cannot circulate rainwater through their stems and leaves but must absorb it from the environment that surrounds them. The remaining plant species are all vascular (they have a system for circulating fluids). This larger group is then split into two groups: one that reproduces from spores rather than seeds, and the other that reproduces from seeds.

Non-Vascular Plants

Mosses and ?allies,? or related species (Bryophytes and allies)

Mosses or bryophyta are non-vascular. They are an important foundation plant for the forest ecosystem and they help prevent erosion by carpeting the forest floor. All bryophyte species reproduce by spores not seeds, never have flowers, and are found growing on the ground, on rocks, and on other plants.

Originally grouped as a single division or phylum, the 24,000 bryophyte species are now grouped in three divisions: Mosses (Bryophyta), Liverworts (Hepatophyta), and Hornworts (Anthocerotophyta). Also included among the non-vascular plants is Chlorophyta, a kind of fresh-water algae.

Vascular Plants with Spores

Ferns and allies (Pteridophyta and allies)

Unlike mosses, ferns and related species have a vascular system, but like mosses, they reproduce from spores rather than seeds. The ferns are the most plentiful plant division in this group, with 12,000 species. Other divisions (the fern allies) include Club mosses or Lycopods (Lycopodiophyta) with 1,000 species, Horsetails (Equisetophyta) with 40 species, and Whisk ferns (Psilophyta) with 3 species.

Vascular Plants with Seeds

Conifers and allies (Coniferophyta and allies)

Conifers and allies (Coniferophyta and allies) Conifers reproduce from seeds, but unlike plants like blueberry bushes or flowers where the fruit or flower surrounds the seed, conifer seeds (usually cones) are ?naked.? In addition to having cones, conifers are trees or shrubs that never have flowers and that have needle-like leaves. Included among conifers are about 600 species including pines, firs, spruces, cedars, junipers, and yew. The conifer allies include three small divisions with fewer than 200 species all together: Ginko (Ginkophyta) made up of a single species, the maidenhair tree the palm-like Cycads (Cycadophyta), and herb-like plants that bear cones (Gnetophyta) such as Mormon tea.

Flowering Plants (Magnoliophyta)

The vast majority of plants (around 230,000) belong to this category, including most trees, shrubs, vines, flowers, fruits, vegetables, and legumes. Plants in this category are also called angiosperms. They differ from conifers because they grow their seeds inside an ovary, which is embedded in a flower or fruit.


Voir la vidéo: Biologie végétale: la classification (Février 2023).